english

Origines de la Société de toxicologie du Canada

Publié par William J. Racz, Professeur Département de pharmacologie et toxicologie, Queen’s University

Le concept de la toxicologie comme discipline distincte de la pharmacologie est né à la suite du désastre lié à l’usage de la thalidomide au début des années 1960. Plusieurs chercheurs scientifiques des compagnies pharmaceutiques de Montréal étaient alors d’avis que l’on n’accordait pas assez d’attention aux effets secondaires sur la santé des médicaments lors des essais sur les animaux. Le 3 mars 1965, quinze scientifiques se réunirent dans la salle de conférence des Laboratoires de recherche Ayerst, McKenna & Harrison Ltd. pour fonder l’Association canadienne pour la recherche sur la sécurité des médicaments. Leurs échanges portèrent sur l’organisation d’un symposium intitulé Exigences relatives aux toxicités précliniques.

Soucieux d’éviter toute implication dans les interminables débats entourant la règlementation gouvernementale, le groupe a établi les objectifs de la Société dans une optique d’information, faisant appel à la participation de chercheurs scientifiques qualifiés de l’industrie et des gouvernements, ainsi qu’aux scientifiques œuvrant en recherche fondamentale et clinique dans les universités du pays. L’Association n’entendait pas être un groupe de pression de l’industrie et devait plutôt s’intéresser problèmes scientifiques liés à la toxicologie en général. Ces objectifs demeurent ceux de la Société de toxicologie du Canada.

Depuis, l’organisation a changé de nom à deux reprises pour devenir d’abord l’Association canadienne pour la recherche en toxicologie puis, en 1979, l’actuelle Société de toxicologie du Canada (STC). Le premier symposium annuel officiel de l’Association s’est tenu en 1967 sur le thème Pharmacologie périnatale et toxicologie. Les symposiums annuels continuent d’être la principale activité de la réunion annuelle de la STC qui a généralement lieu au début de décembre. Les objectifs et la raison d’être de la STC n’ont pas changé depuis la fondation de l’Association. Les adhésions n’ont cessé d’augmenter et la Société compte aujourd’hui plus de 300 membres représentant l’industrie, les gouvernements et le milieu universitaire. En plus d’organiser les symposiums annuels sur des sujets pertinents, la STC joue un rôle de défense et promotion dans la rédaction d’articles scientifiques portant des sujets tels que la norme LD50 dans l’évaluation de la toxicité et l’état de la toxicologie au Canada. Elle a aussi participé à l’élaboration de programmes de formation en toxicologie, de lignes directrices pour les toxicologues et d’un diaporama d’information sur la toxicologie destiné au grand public.

Bien que la toxicologie humaine soit devenue une discipline distincte de la pharmacologie au niveau de l’industrie et des gouvernements au Canada, les deux disciplines sont toujours étroitement liées dans nos universités. La plupart des programmes de formation en toxicologie au Canada sont offerts dans les départements de pharmacologie et toxicologie ou les écoles de médecine vétérinaire, sauf quelques exceptions notables. Le site Web de la STC et ceux des principales universités canadiennes donnent accès aux programmes de formation en toxicologie offerts au pays. Le site Web de la STC donne aussi de l’information sur les activités de la Société et propose des liens permettant d’accéder à ses documents, à ses programmes de formation et à d’autres sociétés de toxicologie.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé comme générique, sans aucune intention discriminatoire, aux seules fins d’alléger le texte.